Sélectionner une page
La géométrie des variables

La géométrie des variables

Fin géomètre, Jonathan Fitoussi arpente de ses dix doigts différentes formes de claviers et boutons d’un autre temps. Féru “machiniste”, il expérimente aussi, étudie et délimite même toutes les possibilités soniques de synthés considérés intouchables parce que versatiles.
Depuis son premier album solo et bientôt une décennie, l’artiste est la fière touche d’une image encore abstraite de la musique électronique. À intervalles réguliers, donc, Jonathan Fitoussi fait le tableau, donne la mesure de ce courant minimaliste aux contours toujours fragiles auquel il se rapporte.
Force est de constater, pourtant, que la cadence s’accélère et les espaces (de travail) s’annexent, que l’inspiration s’expose, quand son œuvre s’embellit aujourd’hui d’un live (“Diagonals”), d’une bande originale de film (“L’Ordre des médecins”), et d’un disque en duo auquel il vient de mettre la dernière main (“Mirages”, à paraître, avec JB Dunckel). Trois nouvelles pièces maîtresses qui prennent une tout autre dimension grâce à l’étendue des connaissances et confidences de leur compositeur…

État d’urgence

État d’urgence

Œuvrant ensemble sans repos, les quatre membres de N U I T entendent prouver que la fortune ne vient pas en dormant. Car leur bonne étoile a, comme la lumière, la propriété de se réfléchir : c’est le son. Celui d’une electro saisissante car sensuelle, puissante voire pulsionnelle, dont ils sont à la fois les gardiens et les éclaireurs.
Loin d’être dans le noir, donc, le groupe semble avoir tout compris de la musique et va même au-delà : depuis ses débuts, N U I T lui compose une image – design, vidéos, scénographie – simultanément singulière et spectaculaire, et fait déjà le dessein d’un futur album conceptuel comme on observe des promesses qui méritent de voir le jour.
À l’instar, d’ailleurs, du dernier EP, “Hurry” (Spinnup, 2019), à écouter d’urgence tant il est brillant.

Jusqu’au bout de la nuit

Jusqu’au bout de la nuit

Après la collection de “Mange-disque”, le génie bricoleur Daquin a dispersé son groupe, remis le doigt dans l’engrenage de la composition et la main sur un nouvel accompagnant musicien. Travaillant sans relâche tout un âge de raison à sa machinerie consciente, ALB, Clément a sorti “Come Out ! It’s Beautiful”, un disque solaire dont il nous révèle l’orfèvrerie et l’ascension.
Avant de s’éclipser sous les projecteurs jusqu’au bout de la nuit.

Ouvrir des horizons

Ouvrir des horizons

“We are from all over the place.” Les origines comme les influences de Natas Loves You sont éclectiques, cosmopolites. À l’image d’un Ulysse des temps modernes en quête de chaleur humaine dans notre monde désenchanté – possible héros de leur premier album, “The 8th Continent” –, la power pop du quintet fait l’amour au voyage initiatique et la guerre à l’étroit d’esprit. Pour en découdre avec les lieux communs et enfin composer son odyssée dans notre paysage musical.

Récolte décennale

Récolte décennale

“Ensemble, nous décidons que la Terre est un seul et petit jardin.”
Dix ans après l’exposition-promenade “Le Jardin Planétaire” à la Grande Halle, dont le concept consacrait le jardinier, l’architecte-paysagiste et enseignant Gilles Clément cultive toujours sa proposition.
Parce qu’on ne récolte pas seulement ce qu’on a semé, et qu’un meilleur avenir reste possible.

Kings of The World (Music)

Kings of The World (Music)

Le très singulier duo Bumcello régalera bientôt le public du festival Jazz à la Villette. Avant cela, Vincent Segal (violoncelle) et Cyril Atef (percussions) nous font goûter aux fruits de leurs impros : leur dernier album, “Lychee Queen”, et leur passion pour la scène, ce royaume des deux.